LE MANS / WEC 2020
LES HYPERCARS ARRIVENT

PASCAL DRO I PHOTOS D.R.

LE RÊVE DE MICHAEL

SCHUMACHER

Ainsi, il existerait une possibilité de retrouver Ferrari au sommet de la lutte pour la victoire aux 24 Heures du Mans et dans le championnat du monde d’endurance ? Une éventualité passée presque inaperçue depuis la publication du nouveau règlement Hypercars qui doit entrer en vigueur en 2020.

C’était pendant l’hiver 1998/99 ou le suivant. De retour de son break hivernal scandinave annuel, Michael Schumacher roulait en essais à Fiorano sur sa Ferrari F1. Ce jour-là, Ross Brawn et lui testaient et développaient avec Momo un nouveau volant. Il avait accepté de nous accueillir dans la salle de gym attenante à son appartement aménagé dans la maison aux volets rouges qu’occupait en son temps Enzo Ferrari. La discussion allait bon train et, après en avoir fini avec les sujets d’actualité, il nous a confié – à notre grande surprise – que les 24 Heures du Mans figuraient parmi les tout meilleurs souvenirs de sa carrière. Quand nous l’avons interrogé sur son ultime envie professionnelle, hors F1, il a répondu avec un large sourire : « disputer Le Mans à nouveau, avec Eddie Irvine comme coéquipier, sur une Ferrari ».
C’était peu ou prou l’époque où, de l’autre côté des Alpes, on s’affairait en secret à la création d’une Ferrari V12 monocoque en carbone qui aurait dû viser la victoire au Mans sous la houlette de Jean Todt, alors patron de la maison. Le projet ayant capoté pour des raisons politiques, il est passé à Maserati pour aboutir à la naissance de la MC12.

Découvrez la suite de l’article dans le numéro 11

LE RÊVE DE MICHAEL

SCHUMACHER

Ainsi, il existerait une possibilité de retrouver Ferrari au sommet de la lutte pour la victoire aux 24 Heures du Mans et dans le championnat du monde d’endurance ? Une éventualité passée presque inaperçue depuis la publication du nouveau règlement Hypercars qui doit entrer en vigueur en 2020.

C’était pendant l’hiver 1998/99 ou le suivant. De retour de son break hivernal scandinave annuel, Michael Schumacher roulait en essais à Fiorano sur sa Ferrari F1. Ce jour-là, Ross Brawn et lui testaient et développaient avec Momo un nouveau volant. Il avait accepté de nous accueillir dans la salle de gym attenante à son appartement aménagé dans la maison aux volets rouges qu’occupait en son temps Enzo Ferrari. La discussion allait bon train et, après en avoir fini avec les sujets d’actualité, il nous a confié – à notre grande surprise – que les 24 Heures du Mans figuraient parmi les tout meilleurs souvenirs de sa carrière. Quand nous l’avons interrogé sur son ultime envie professionnelle, hors F1, il a répondu avec un large sourire : « disputer Le Mans à nouveau, avec Eddie Irvine comme coéquipier, sur une Ferrari ».
C’était peu ou prou l’époque où, de l’autre côté des Alpes, on s’affairait en secret à la création d’une Ferrari V12 monocoque en carbone qui aurait dû viser la victoire au Mans sous la houlette de Jean Todt, alors patron de la maison. Le projet ayant capoté pour des raisons politiques, il est passé à Maserati pour aboutir à la naissance de la MC12.

Découvrez la suite de l’article dans le numéro 11