JEAN-ÉRIC VERGNE
MON PREMIER LE MANS

JEAN-ÉRIC VERGNE I PHOTOS DPPI

« JE SAVAIS QUE
J’Y VIENDRAIS UN JOUR »

Chaque trimestre, désormais, un pilote racontera ses premières (ou ses seules) 24 Heures du Mans. Anonyme, célèbre, pour des raisons sportives ou non, il se souviendra de cette première fois que l’on n’oublie jamais. Jean-Éric Vergne, Champion du Monde de Formula E et star de la formation G-Drive, se prête au jeu.

Le Mans fait partie intégrante de ma vie depuis presque toujours. C’est le premier circuit automobile que j’ai vu et découvert. J’ai ensuite grandi et appris la course automobile à La Filière, l’école de formation fédérale située juste à côté. Depuis tout petit, je suis sûr de trois choses : je deviendrai pilote de Formule 1, je disputerai Le Mans et les 500 Miles d’Indianapolis. En ce qui concerne Le Mans, dès que j’ai su que j’allais y participer, début 2017, je me suis pris au jeu de cette ambiance à savourer sans en perdre une miette. Alors, le moment venu, j’ai loué un motorhome que j’ai installé sur le circuit et je ne l’ai plus quitté de la semaine. Je voyais des camions et des gens débarquer toute la semaine, je sentais la pression monter au fil des jours et des heures…

Découvrez la suite de l’article dans le numéro 11

« JE SAVAIS QUE
J’Y VIENDRAIS UN JOUR »

Chaque trimestre, désormais, un pilote racontera ses premières (ou ses seules) 24 Heures du Mans. Anonyme, célèbre, pour des raisons sportives ou non, il se souviendra de cette première fois que l’on n’oublie jamais. Jean-Éric Vergne, Champion du Monde de Formula E et star de la formation G-Drive, se prête au jeu.

Le Mans fait partie intégrante de ma vie depuis presque toujours. C’est le premier circuit automobile que j’ai vu et découvert. J’ai ensuite grandi et appris la course automobile à La Filière, l’école de formation fédérale située juste à côté. Depuis tout petit, je suis sûr de trois choses : je deviendrai pilote de Formule 1, je disputerai Le Mans et les 500 Miles d’Indianapolis. En ce qui concerne Le Mans, dès que j’ai su que j’allais y participer, début 2017, je me suis pris au jeu de cette ambiance à savourer sans en perdre une miette. Alors, le moment venu, j’ai loué un motorhome que j’ai installé sur le circuit et je ne l’ai plus quitté de la semaine. Je voyais des camions et des gens débarquer toute la semaine, je sentais la pression monter au fil des jours et des heures…

Découvrez la suite de l’article dans le numéro 11